Mises à jour
nouveaux termes :
déconstruction dimensionnelle ; espace de travail de la géométrie ; espace de travail géométrique ; espace de travail géométrique de référence ; espace de travail géométrique personnel ; espace de travail mathématique ; espace de travail mathématique de référence ; espace de travail mathématique idoine ; espace de travail mathématique personnel ; transposition informatique ; valeur épistémique ; visualisation iconique; visualisation non iconique
Update
A new page has been created dedicated to terms and expressions of research on learning and teaching mathematical proof [here]. This page is a working document of the Research Gate group "Proof in Mathematics Education: Reflection and Institutionalization". The first terms are :
Base argument; Classroom community; Empirical argument; Ensuing argument; Level of mathematical rigor; Proof; Proof threshold.

Les contributions sont bienvenues soit sous la forme de commentaires à la suite des définitions, soit sous la forme de nouvelles définitions (voir l'encadré ci-contre).

Contributions are welcome either as comments to the posts or as suugestion (see the frame on the right hand side).
[Draft of the English version]

Las contribuciones son bienvenidas, ya sea como comentarios siguientes definiciones, ya sea como nuevas definiciones (ver cuadro aquí-contra).

Nicolas Balacheff, CNRS, LIG Grenoble

2013/10/11

Espace de travail de la géométrie


(1) « Nous appellerons espace de travail de la géométrie un univers organisé pour le travail du géomètre. Cet espace se structure grâce à la mise en réseau des trois composantes [voir figure] que sont l'espace réel et local en tant que support matériel, l'ensemble des artefacts qui seront les outils et instruments mis au service du géomètre et enfin un référentiel théorique qui dépendra de la géométrie choisie. La précision des diverses composantes va se faire en relation avec la nature de la Géométrie mise en jeu. Le paradigme de référence permet d'interpréter les contenus des composantes qui en retour par leurs fonctions différentes participent à la spécificité des différents paradigmes. Nous serons souvent confrontés à cet apparent paradoxe qui fait définir comme géométrique la fonction d'un objet lorsqu'il intervient dans une géométrie que nous essayons justement de mieux définir. Le fait que la nature des composantes dépende du paradigme de référence conduit à envisager l'existence d'espaces de travail spécifiques associés à chaque paradigme, nous parlerons alors d'espace de travail géométrique de référence.» (Kuzniak 2003 p.22)


(2) « Nous avons appelé espace de travail géométrique, un environnement organisé pour permettre le travail des personnes résolvant des problèmes géométriques. Ces individus pourront être suivant les cas un expert idéal (le mathématicien professionnel) ou bien un étudiant ou un élève. Les problèmes ne font pas partie de l'espace de travail mais ils en sont la raison d'être et aussi l'activateur. Ils en sont la raison d'être car l'ETG doit être un moyen pour traiter et résoudre les problèmes. Ils en sont aussi un activateur car ils vont permettre la structuration tant institutionnelle que personnelle de l'ETG tel que nous le concevons. » (Kuzniak 2011 p.13)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire