Le corpus francophone a été constitué, pour cette première version, à partir des articles publiés dans la revue Recherches en didactique des mathématiques. Il sera complété par la récolte de définitions dans la collection associée et les actes d'écoles d'étés. Toutes autres contributions sont bienvenues soit sous la forme de commentaires à la suite des définitions, soit sous la forme de nouvelles définitions (voir l'encadré ci-contre).

This first version is mainly the result of a reading of the journal Recherches en didactique des mathématiques. English translation are added based on what is available in books and journals. Contributions are welcome either as comments to the posts or as suugestion (see the frame on the right hand side).
[Draft of the English version]

Esta primera versión es esencialmente el resultado de una lectura de la revista Recherches en didactique des mathématiques. Se complementará con las traducciones publicadas en libros y revistas. Las contribuciones son bienvenidas, ya sea como comentarios siguientes definiciones, ya sea como nuevas definiciones (ver cuadro aquí-contra).

Nicolas Balacheff, CNRS, LIG Grenoble

2012/11/18

Plan de signification du savoir

"D'une part, le savoir à enseigner avec des énoncés, des objets mathématiques, des théorèmes, des définitions, des systèmes de représentation (langue naturelle, symboles mathématiques, figures géométriques, etc.). Ces constituants permettent le fonctionnement et le développement de ces mathématiques en 'science autonome' qui ne se fonde et ne se développe que grâce à ses propres objets et méthodes explicitement formulées ou non.
"D'autre part, parce que l'on reconnaît, tacitement, des limites à cette 'autonomie', un savoir sur le savoir mathématique, non mathématique, non explicitement reconnu, accompagne en amont le fonctionnement et le développement du savoir mathématique à enseigner. Ce savoir sur le savoir propose des règles, des objets (indicateurs de sens, modèles, etc.), pour favoriser la mobilisation des connaissances et provoquer leur fonctionnement en vue d'une production mathématique conforme aux exigences du savoir à enseigner.
"L'ensemble des constituants en interaction de ces deux savoirs, porduit un objet que nous appellerons plan de signification du savoir mathématique à enseigner"
(Keskessa 1994 p.362)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire